Aller au contenu principal

Direct X

Question 3

Publié le 19 septembre 2018 à 10:03 - Mis à jour le 03 octobre 2018 à 10:24 mer 19/09/2018 - 10:03
Question 3

Plus d’un quart des mineurs vivent dans une famille sans revenu de travail. Quel avenir offrir à ces jeunes ?

Lionel Pistone - Groupe C.Plus   Lionel Pistone - Groupe C.Plus

Nous ne pouvons pas nous contenter d’entretenir la misère, la peur et la peur de la misère, comme l’ont fait les socialistes durant plus de 120 ans avec leurs clients/électeurs ! Colfontaine mérite mieux et les jeunes doivent être considérés comme ce qu’ils sont : l’avenir de notre commune et non comme un « problème » qui empêche leurs parents de vivre et de travailler. C.Plus accorde une place prioritaire et fait confiance aux jeunes avec notamment une tête de liste de 26 ans, une candidate de 18 ans et de nombreux autres candidats de moins de 35 ans.

Les 12-25 ans sont les oubliés de la politique communale PS-MR actuelle, peu de choses existent pour eux à moins qu’ils ne fréquentent un club sportif. Là aussi des dispositifs existent (chèque sport) pour que chaque famille puisse offrir de tels loisirs à ses enfants ; mais l’offre sportive et de loisirs pour les jeunes doit encore être étendue et la salle Magnum doit en devenir le centre névralgique !

Olivier Mathieu - MR   Olivier Mathieu - MR

La problématique des jeunes, sans emploi, est une lourde question, il me semble important de pratiquer la formation et l’immersion en entreprise et surtout avoir de solides bases scolaires qui ne peuvent qu’aider dans le cadre des deux premières idées évoquées ci – avant donc l’immersion et la formation en entreprise.


Un accompagnement plus efficace au niveau du Forem et des outils proches de celui – ci, aideront le jeune dans sa recherche d’emploi. Les sanctions à la clef du chômage de longue durée, consécutive à la 6ème Réforme du Gouvernement Di Rupo, sont à mon sens un écran de fumée. Effectivement, en cas d’exclusion du chômage le RIS ou Revenu d’Intégration Sociale permet à ceux qui sont exclus de récupérer leurs droits et de retourner au chômage.

Olivier Hermand - OxygeÌ€ne   Olivier Hermand - Oxygène

Nous avons la chance d'avoir un candidat qui connaît très bien le milieu de cette catégorie de mineurs, qui leur montre déjà que la solidarité a encore sa place, et qu'ils ne sont pas oubliés de tous.

-Rencontrer/installer un climat de confiance.
-Créer meetings/réunions/conférences mobiles.
-Expliquer que l'assistanat n'est pas un avenir.
-Créer une plateforme communale sur différents métiers dit « en pénurie ».
-Orienter/aider avec collaboration d’entreprises Colfontainoises.-Mettre en valeur leurs capacités.

 

   Luciano D'Antonio - PS

Les chiffres que j’ai en ma possession parlent de 23% de personnes bénéficiant d’un revenu de remplacement. Ca n’en fait pas forcément des personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Ne pas avoir de travail peut s’expliquer de différentes façons (les interventions de la mutuelle sont par exemple reprises dans cette catégorie. C’est un fait que nous avons beaucoup plus de bénéficiaires du revenu d’Intégration Sociale que par le passé mais c’est le résultat de la politique menée par le fédéral et nous en sommes les victimes, comme beaucoup d’autres communes.

Nous essayons avec nos moyens de remettre les bénéficiaires du RIS ou d’allocations de chômage sur le chemin du travail, notamment en leur proposant des contrats PTP (Plan de Transition Professionnelle) ou Article 60.

0 Commentaires
161 vues

Sur le même sujet


Back to top