Aller au contenu principal

Direct X

Pas de suspension de compétitions : les clubs sportifs ne comprennent pas !

Publié le 23 octobre 2020 à 16:43 - Mis à jour le 23 octobre 2020 à 17:08

Le monde du sport amateur s'attendait ce matin (23/10) à des mesures fortes et une mise à l'arrêt totale ou presque de leurs activités. Il n'en est rien. Les mesures déjà en vigueur le week-end dernier n'ont pratiquement pas changé. Pourtant dans les faits, de nombreux clubs se sont déjà mis à l'arrêt cette semaine. Par précaution ou à cause de cas de Covid. Du coup, c'est l'incompréhension qui règne.

Le premier club qui a annoncé mercredi un arrêt total de ses activités pour ce week-end, c'était le VC Saint Luc Mons.

"Il y a eu pas mal de cas de Covid au sein de notre club", explique Olivier Gilson, le responsable sportif de Saint-Luc. "En P1 Dames, sur 14 joueurs, 10 ont été testées positives. Et de nombreux membres de nos staffs d'entraîneurs ont aussi été testés positifs. La seule bonne solution pour nous, c'était de suspendre toutes nos activités". 

De nombreux clubs ont agi de la même manière en annonçant tout au long de cette semaine une suspension totale d'activités. A Flénu, Frameries ou Givry en foot. A Saint Ghislain et Frameries en rugby. Et à Mons donc en volley. Et ce type d'annonces continue de tomber dans notre région. Après la fermeture des buvettes, puis la suspension des compétitions en séniors, l'arrêt total était inéluctable pour les clubs touchés par certains cas de Covid. 

"On pensait que les rencontres de jeunes allaient être stoppées", déclare Ronnie Discart, coordinateur sportif au FC Flénu. "Car dans ces matchs, les bulles se mélangent. Tandis qu'à l'entraînement, ils restent entre eux. On pensait que des règles venant d'en haut allaient nous faciliter la vie. Il n'en est visiblement rien. Chez nous, 9 équipes sur 15 comptent des cas de Covid. On ne pouvait rien faire d'autre que de tout arrêter temporairement..."

Aide de type Horeca et saison blanche ?

La semaine dernière, les compétitions adultes ont été arrêtées. Mercredi, la Ministre des Sports en Fédération Wallonie Bruxelles, Valérie Glatigny, "préconisait" un arrêt des compétitions au dessus de la catégorie U13. Mais ce matin, le Premier Ministre et les Ministres-Présidents ont autorisé les matchs à se dérouler jusqu'en U18 en outdoor et toujours jusqu'en U12 en indoor. Incompréhensibles pour beaucoup de clubs...

"A partir du moment ou le comité de concertation dit que les jeunes U18 peuvent jouer, rien ne dit que l'ACFF va décider la même chose", précise David Deflefière, le président de l'ACFF. "Lundi, nous analyserons la situation car nous savons que de nombreuses rencontres, pourtant autorisées, n'auront pas lieu. Jouer des championnats, c'est effectivement obliger les clubs à se déplacer, à payer les arbitres et à payer d'autres frais..." A l'ACFF, on comprend que certains clubs décident d'arrêter leurs activités. "Nous avons d'ailleurs des contacts avec différents ministres pour voir si les buvettes ne peuvent pas être considérées comme l'Horeca, et recevoir les mêmes aides. Nous savons que certains clubs sont au bord du gouffre...

Aujourd'hui, l'incertitude règne dans le milieu du sport amateur. Et pour la première fois depuis longtemps, le spectre d'une saison blanche est envisagé, sans tabou.

"Quand on voit le déroulement chaotique du début de saison, avec les matchs remis, je me dis qu'une saison blanche serait le plus adéquat pour tout le monde", proclame Olivier Gilson. "Même si en tant que sportif, c'est dommage de devoir parler de la sorte. Mais pour la bonne organisation des clubs, ça pourrait devenir une solution malheureusement..."

 

0 Commentaires
782 vues

Sur le même sujet


#CLASSIQUE

#CLASSIQUE - du 21 novembre 2020
#CLASSIQUE - du 17 octobre 2020
#CLASSIQUE - du 19 septembre 2020
Back to top