Aller au contenu principal

Direct X

Question 2

Publié le 19 septembre 2018 à 10:02 - Mis à jour le 03 octobre 2018 à 10:24 mer 19/09/2018 - 10:02
Question 2

Colfontaine compte un taux élevé de logements sociaux, des prix de l’immobilier assez bas. Et pourtant, l’accès au logement reste problématique pour beaucoup. Quelle réponse leur apporter ?

Lionel Pistone - Groupe C.Plus   Lionel Pistone - Groupe C.Plus

Pour C.Plus, toutes les actions qui permettent de lutter contre la pauvreté doivent être entreprises. Ce n’est actuellement pas le cas et l’accès au logement reste effectivement problématique pour de nombreux colfontainois.

L’objectif d’un logement décent pour tous doit être atteint.

Beaucoup d’habitants sont dépassés par les formalités administratives à remplir et sont découragés avant même de rentrer un dossier auprès de l’immobilière sociale Toit & moi. Il est indispensable de mieux les informer et de mieux les accompagner.


Nous devons également peser de tout notre poids au sein de Toit & moi pour que le délai d’obtention d’un logement social diminue, que le nombre de logements disponibles à l’Agence Immobilière Sociale augmente et que l’accès à la propriété soit favorisé. C.Plus accorde également une grande importance à l’environnement : les aides disponibles à la rénovation et à l’isolation des logements doivent également être promues (économies d’énergie = économies tout court).

Olivier Mathieu - MR   Olivier Mathieu - MR

Nombres de logements sociaux ont explosé dans les années 70 - 80, suite à une recrudescence du cataclysme économique, fermeture des entreprises et reconversion obsolète dans le Borinage.


Il n'est nullement question de me focaliser sur le sujet, force est quand même de constater que « les sociétés de logements sociaux » ont été dépassées par ce problème. En effet, il faut revenir sur la base des sociétés de logements et leurs permettre de faire ce dont à quoi elles ont été créées, le social et uniquement le social. 


Il me semble primordial de suivre les familles qui bénéficient de ce service, quand on a une famille avec 4 enfants dans un logement 5 chambres, normal, après 15 ans cette même famille reste avec un enfant et 5 chambres, cela n’est pas normal, il faut impérativement les réorienter vers un logement 2 chambres.


De même, qu’il y a lieu en la matière d’imposer chaque année, une attestation de composition de famille, avec les consommations d’eau, gaz et électricité afin d’éviter la fraude sociale qui pénalise grandement celles et ceux qui travaillent et qui vivent quotidiennement de leurs revenus.


Quant à celles et ceux qui ont l'opportunité de quitter les logements sociaux afin de devenir propriétaires, il me semble primordial de leurs permettre de devenir acquéreurs d'une habitation sur Colfontaine car les taux hypothécaires n’ont jamais été aussi bas.


Pour notre part, nous avons plus de 500 habitations vides et qui ne demandent qu'à revivre dans d'autres mains, afin d'éviter au propriétaire actuel de payer bêtement une taxe rébarbative et très chère en matière de logements inoccupés.

Ainsi, le salon du logement que mes services ont permis de réitérer pour la deuxième fois a pour attrait d’aider tout citoyen du Borinage.

Olivier Hermand - OxygeÌ€ne   Olivier Hermand - Oxygène

-Continuer avec les éditions concernant le logement déjà mis en place.
-Démarcher les propriétaires pour une location sociale.
-Améliorer la communication commune/citoyen/propriétaires/locataires.
-Editer un résumé simplifié avec points de contacts des différents systèmes primes, aides.
-Revisiter le site communal.
-Accompagner les désireux d’accès à un logement avec tous les outils possibles.
-Mettre en place un système « avantage » pour les propriétaires passant par location sociale.

 

   Luciano D'Antonio - PS

Je ne partage pas votre position quant au nombre de logements sociaux élevés. Nous comptons 850 logements Toit et Moi et 72 logements du Fond du Logement. Sur un parc de 10.220 logements, le pourcentage est donc de 9%, ce qui se situe en-dessous des normes imposées par la Région. Si je peux consentir que vous parliez de prix de l’immobilier assez bas, je ferai remarquer que le prix moyen des logements sur notre entité a augmenté de 36,38% en un an (Source Télémoustique du 2& février 2018). Alors que nous occupions généralement la dernière place de l’arrondissement il y a six ans, nous trouvons aujourd’hui trois communes où le prix moyen est inférieur au nôtre. Nous restons attentifs à cette problématique en mettant notamment en vente des terrains à destination de promoteurs, les nouvelles maisons trouvant rapidement preneur. Et le Salon du logement que nous avons lancé en 2017 est là aussi pour aider les personnes à la recherche d’un toit.

0 Commentaires
165 vues

Sur le même sujet


Back to top