Aller au contenu principal

Direct X

Octobre rose pour relancer le dépistage du cancer du sein, freiné par le covid

Publié le 06 octobre 2021 à 15:59 - Mis à jour le 06 octobre 2021 à 16:11

Alors que s'est ouvert octobre rose, un mois de sensibilisation autour du cancer du sein, un constat reste inquiétant: le nombre de dépistage a largement chuté depuis le début de la crise sanitaire. Cette année, la priorité est donc de relancer la prévention car dans 90% des cas, un cancer pris à temps peut être totalement guéri. 

Avec 10 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, le cancer du sein reste la première cause de mortalité chez les femmes dans notre pays. Ces dernières ont pourtant délaissé le dépistage ces derniers mois pour éviter de franchir les portes des hôpitaux. Résultats : les cliniques du sein enregistrent désormais un nombre plus important de nouvelles patientes et de nouvelles pathologies.

"Nous avons eu des pathologies plus lourdes. De nombreuses femmes ont arrêté de se faire suivre pendant 1 an et demi, voire 2 ou 3 ans pour celles qui n'étaient déjà pas régulières. Et donc forcément, les nodules ont grossi entre temps, ce qui nécessite d'autres traitements" Christine Juvent - Infimière de liaison à la Clinique du sein du CHR Mons-Hainaut

AVC-TMB-064687_1.jpg

L'importance du dépistage

Cette année, plus que jamais, "octobre rose" a donc pour objectif de rappeler qu'un suivi régulier peut vous sauver la vie. Le cancer du sein se soigne désormais très bien. S'il est détecté à temps, il est pleinement guéri dans 9 cas sur 10. 

"Nous avons de nouveaux traitements et des nouvelles manières de travailler au niveau des chirurgies. Il y a une nette évolution dans le traitement de ce cancer, c'est certain. Il est donc très important de rappeler qu'on guérit et qu'il y a des solutions" Christine Juvent - Infimière de liaison à la Clinique du sein du CHR Mons-Hainaut

Retour des patientes

"Heureusement, les patients reviennent. Surtout celles qui étaient régulières avant. Les gynécologues et les médecins traitants incitent également les femmes à revenir se faire dépister. C'est très bien, nous devons continuer comme cela" Christine Juvent - Infimière de liaison à la Clinique du sein du CHR Mons-Hainaut

Les professionnels de la santé insistent donc: ce mois d'octobre est le moment idéal pour reprendre de bonnes habitudes.

AVC-TMB-064687_3.jpg

0 Commentaires
61 vues

Sur le même sujet


Back to top