Aller au contenu principal

Direct X

L'invité des Infos : Lucie Mahieu, coordinatrice au sein de la maison Saint-Paul

Publié le 15 février 2021 à 17:43

Coordinatrice au sein de la maison d'accueil Saint-Paul, à Mons depuis plus de 30 ans, Lucie Mahieu est aussi l'auteure du livre "Il nous faut drainer la colère" sorti fin janvier. Dans cet ouvrage, elle partage son quotidien aux côtés des hommes sans-abri, qui ont tout perdu et qui trouvent refuge à la maison Saint-Paul.

"Chaque article qui jalonne ce livre part d'une situation concrète, un petit événement qui est ensuite à la base d'une réflexion, d'une recherche. Chaque article est étayé par des articles de presse, des ouvrages, pour nous amener à réfléchir sur l'aspect sociologique ou philosophique de notre travail et prendre un peu de hauteur."

 

Ce livre, c'est un recueil de vingt ans d'articles publiés dans le journal de la structure d'accueil. Ils piquent, bouleversent et ouvrent les yeux sur des réalités difficiles et souvent ignorées. Cet ouvrage, Lucie Mahieu l'a construit autour de thématiques et avec des exemples concrets qu'elle analyse.

"Depuis que la maison Saint-Paul existe on envoie un petit trimestriel qui s'appelle la maison Saint-Paul. Et depuis une vingtaine d'années, j'écris régulièrement ces articles. Et les gens me disaient pourquoi ne pas les publier? Poussée dans le dos par quelques amis, j'ai fini par le faire. Et je ne pouvais pas présenter ces articles par enfilade, ça n'aurait pas d'ordre du tout. Je les ai donc classés par thématique avec des titres engagés: coup dur, coup de coeur, coup de gueule, etc.

Et à travers ces bouts d'histoires et ces articles, Lucie Mahieu recherche un objectif: sensibiliser le grand public, mais aussi inciter les citoyens à s'interroger... et pourquoi pas à faire bouger les choses. 

"Les gens ne mesurent pas le désœuvrement et la difficulté de reprendre pied dans la vie une fois qu'on est en décrochage. Ils ne mesurent pas non plus dans quel état d'esprit est notre société. On juge très vite les autres en estimant que chacun doit être capable de rebondir, etc. Le but est d'amener à la réflexion, mais aussi de réveiller une part militante dans chacun d'entre nous et une part emphatique pour se laisser toucher pour un changement et une société plus juste."

0 Commentaires
40 vues

Sur le même sujet


#CLASSIQUE

#CLASSIQUE - du 20 mars 2021
#CLASSIQUE - du 20 février 2021
#CLASSIQUE - du 16 janvier 2021
Back to top