Aller au contenu principal

Paiement électronique: les commerçants pas toujours enthousiastes

Publié le 01 juillet 2022 à 15:54

Depuis ce vendredi 1er juillet, tous les commerçants mais aussi les professions libérales doivent obligatoirement proposer une solution de paiement électronique à leurs clients. Une mesure qui entre dans le plan de lutte contre la fraude fiscale mais qui est loin de faire l'unanimité sur le terrain.

 

Sur le marché de Mons ce matin, beaucoup de petits prix. 2, 3 ou 10 euros, intéressant pour les clients qui peuvent souvent faire de bonnes affaires. Ici par contre les commerçants n'accueillent pas l'arrivée du paiement électronique avec énormément d'enthousiasme. Le paiement par carte représente cela-dit un avantage : il permet de limiter la circulation d'argent liquide. Un gage de sécurité pour ceux qui l'ont adopté depuis plusieurs années.

La dématérialisation de l'argent s'inscrit en tout cas dans la tendance de ces dernières années. On estime en effet que depuis la crise sanitaire, les transactions en espèce ont chuté de 13%. Pour respecter la nouvelle législation, 2 solutions principales : un appareil traditionnel dont le coût peut grimper à plus de 100 euros par mois ou alors l'application mobile via un QR code généré directement sur le smartphone qui revient à 6 centimes par transaction. L'amende en cas de non respect va de 26 à 10.000 euros. L'UCM demande donc une période de transition..

Que ce soit en cash ou par carte, vous avez toujours le choix même si de l'autre côté du comptoir, on aura toujours une petite préférence...

 

0 Commentaires
182 vues

Sur le même sujet


Back to top