Aller au contenu principal

Direct X

Examens supprimés, réalités différentes - Exemples à Mons et à Dour

Publié le 06 mai 2021 à 15:51

Examens supprimés. La décision a été prise début de semaine. Elle ne concerne en fait que 15 % des élèves en Communauté Wallonie-Bruxelles. Et les réalités sont bien différentes d'un réseau à l'autre. Ainsi, deux exemples, l'un à Mons, à l'athénée Royal, et l'autre à Dour, à la Sainte Union. Les élèves montois ne devraient pas présenter d'évaluation, les dourois auront eux un session d'examens adaptée.

Deux réseaux, deux réalités. A l'Athénée Royal, établissement scolaire du réseau officiel, la session d'examens ne sera finalement pas organisée. La préfète a réuni ses professeurs suite à l''annonce ministérielle, et une décision a été prise en ce sens.

Une décision ministérielle vient sanctionner une année particulière, avec des apprentissages transmis en hybridation, soit en temps partiel à l'école, complété à la maison, en distanciel. Et sur le terrain, les chefs d'établissements qui voient se succéder les circulaires depuis de très longs mois, déplorent que les normes sanitaires l'emportent sur les pertinences pédagogiques.

36669_Examens_Supprimes_FD1.jpg

 

A Dour, les élèves de la Sainte-Union seront évalués en fin d'année scolaire. C'est une décision prise à la quasi unanimité par les enseignants et la Direction. Il ne s'agira toutefois pas d'une session d’examens classique. Toutes les matières ne seront pas évaluées, et les épreuves seront adaptées.

Apprentissages, Evaluations, remédiations, et dans cet ordre-là, à la Sainte-Union douroise, les examens serviront aussi d'aiguillage pour des élèves, qui verront plus clair dans leurs aptitudes à réaliser leurs projets.

36669_Examens_Supprimes_FD.jpg

 

La circulaire ministérielle, la dernière en date, la dernière d'une longue série, creuse un peu plus le sillon qui sépare les décisionnaires de la réalité de terrain. Et s'il est un vocable qui les a tous indignés, c'est l'incitation à la bienveillance. Comme s'ils en manquaient d'habitude.

La bienveillance ne pourra toutefois pas combler les déficits d'apprentissage. Des évaluations, adaptées, pourquoi pas, auraient permis d'objectiver les lacunes et d'optimiser les remédiations.

0 Commentaires
2062 vues

Sur le même sujet


#CLASSIQUE

#CLASSIQUE - du 19 juin 2021
#CLASSIQUE - du 15 mai 2021
#CLASSIQUE - du 17 avril 2021
Back to top