Aller au contenu principal

Direct X

Bienvenue chez Vous - Mars 2019

Publié le 04 avril 2019 à 12:14

Spa, ville d’eau

De la piscine à la bouteille, de la source à la baignoire, la ville de Spa vit au rythme de ses sources. Une destination incontournable en cette année thématique «Wallonie, terre d’eau».

Chaque année, la Wallonie se donne un thème pour sa saison touristique. En 2019, ce sera l'eau sous toutes ses formes et dans tous ses usages. Pour inaugurer cette thématique, nous vous emmenons à Spa, la ville d'eau par excellence.

Le Pouhon Pierre le Grand

Au centre de la ville, se dresse le Pouhon Pierre le Grand. Ce bâtiment, construit en 1880 et à l'architecture très particulière, abrite une des 200 sources qui jaillissent à Spa et dans ses environs. Cette source, très ferrugineuse, a été rendue célèbre par le Tsar Pierre le Grand. Ce dernier, grand amateur de vodka, séjourne dans la ville en 1717. Sa consommation quotidienne de l'eau de Spa lui redonne la santé. Du coup, tout ce que l'Europe compte comme têtes couronnées se précipite à Spa. La ville devient «the place to be».

Le jardin d'hiver du Pouhon abrite aujourd'hui une exposition permanente consacrée au peintre Miro. Au total, une centaine d'œuvres de l'artiste espagnol sont exposées.

Les thermes

Depuis le XVIème siècle, Spa est connue pour les bienfaits de ses eaux thermales, au point d'avoir donné son nom à tout établissement de soin d'hydrothérapie. Au départ, les soins passent essentiellement par l'ingestion de grandes quantités d'eau.

En 1828, un premier établissement public de bains est érigé à l'emplacement de l'actuel Hôtel de ville. De cette glorieuse histoire, ne subsiste que le troisième bâtiment qui aurait, aujourd'hui, bien besoin d'une petite rénovation. Construit dans les années 1860, de style néo-renaissance, il a été conçu par Léon Suys, l'architecte à qui on doit également la bourse de Bruxelles. A l'époque, le thermalisme ne se concevait pas avec des piscines et des saunas, le bâtiment n'abritait que des baignoires de cuivre.

Depuis 2004, un quatrième bâtiment des thermes se dresse sur la colline d'Annette et Lubin. Pour le rejoindre depuis le centre-ville, il existe un funiculaire. L'établissement propose toujours des soins issus du thermalisme traditionnel tel qu'il se pratiquait au XIXème siècle. A cela, évidemment, il a fallu ajouter ce qu'on nomme le thermalisme de détente (saunas, hammam, piscine et autres soins « beauté »), le tout pour plaire à la clientèle d'aujourd'hui.

L'usine de Spadel

A Spa, l'eau de source, on ne fait pas que se baigner dedans, on la met également en bouteille.  Cela se passe dans les usines de Spadel, le fleuron industriel spadois. Les lignes d'embouteillage ne sont pas accessibles au public. Pour les découvrir, un espace de visite, baptisé l'eau-dyssée, a été aménagé.

Avec le soutien de

Wallonie Terre d'Eau
0 Commentaires
53 vues

Sur le même sujet


Back to top