Aller au contenu principal

Direct X

"Avec le Covid, Je revis un peu l'arrivée du SIDA dans les hôpitaux"

Publié le 07 septembre 2020 à 17:47

René Llano Lopez est psychiatre au CHP Chêne aux Haies. Il était notre invité ce lundi pour évoquer les conséquences du Covid sur la santé mentale de la population.

 

Selon l'OMS, le Covid a eu des répercussions sur la santé mentale de millions de personnes à travers le Monde ! C'est également le cas chez nous. "Il y'a une recrudescence importante d'un nouveau type de pathologie puisqu'on est confronté à un stress inhabituel dans notre société" explique le Docteur Lopez. 

"Dans les services hospitaliers, on ne constate pas de pic de fréquentation car le nombre de lits a du être limité. Par contre, au sein de la population générale, on voit vraiment arriver une vague de problématiques psychiques de plus en plus importantes. Cela s'est notamment traduit par une augmentation de 25% des mises en observation en début de crise! Certaines consultations étant annulées lors du confinement, la situation de patients s'est dégradée allant jusqu'à la nécessité d'une mise en observation ! "

Certains métiers semblent également plus touchés aujourd'hui mentalement. On pense au personnel soignant et c'est particulièrement le cas dans les maisons de repos où l'on rencontre une souffrance psychologique importante, à la fois au sein du personnel mais aussi au sein des résidents: 

Ce personnel a été particulièrement exposé par les faibles moyens en début de crise. Dans les maisons de repos, malgré le confinement préalable, ces structures se sont trouvées fortement exposées avec une réelle souffrance qui apparaît réellement. Cela va du plus petit personnel à la direction et ces retours sont assez interpellants !" 

Désormais, il va falloir apprendre à vivre avec ce virus. La population va devoir s'y habituer mais pour le Docteur Lopez, cela ne devrait pas poser trop de difficultés: 

"La population va apprendre progressivement à vivre avec le virus" poursuit le docteur. "Cela va se faire naturellement pour la grande majorité de la population. Maintenant, une série de personnes sensibles à un stress peu mesurable va développer un espèce de syndrome post-traumatique virtuel. Je revis un petit peu le début de l'arrivée du SIDA qui a généré beaucoup d'angoisse au début dans les hôpitaux et puis progressivement une résilience s'est mise en place. Nous vivrons probablement la même chose avec cette épidémie-ci"

 

0 Commentaires
130 vues

Sur le même sujet


#CLASSIQUE

#CLASSIQUE - du 19 septembre 2020
Back to top