Aller au contenu principal

Grève du personnel soignant: service réduit pour les hôpitaux !

Publié le 07 décembre 2021 à 16:04

Ce mardi était marqué par une massive mobilisation du secteur des soins de santé. Le personnel soignant s'est déplacé en nombre à Bruxelles pour s'opposer à l'obligation vaccinale mais aussi pour réclamer plus de moyens. Dans les hôpitaux, on a donc tourné au ralenti et il a fallu s'organiser. Exemple chez nous au CHR Mons-Hainaut.

Un bloc opératoire totalement vide, l'image est inédite mais ô combien révélatrice. Ici, la totalité du personnel est en grève, toutes les opérations ont donc été reportées.

Sur l'ensemble de l’hôpital, on compte 200 grévistes sur 700 travailleurs. Une mobilisation inédite.

"Nous fonctionnons comme un service dimanche donc un service minimum. Le bloc opératoire ne fonctionne que pour les opérations qui nous viennent des urgences, il y a juste du personnel de garde. Nous n'avons que quelques consultations qui fonctionnent et au niveau des services, nous ne fonctionnons qu'avec les urgences" Guillaume Forges - Infirmier chef de service - CHR Mons-Hainaut (Groupe Jolimont)

AVC-TMB-066064.jpg

1/3 du personnel en grève 

Au niveau des soins intensifs aussi il a fallu s'adapter car la moitié du personnel était en grève.

"Nous avons, en effet, pas mal de grévistes. Beaucoup manifestent d'ailleurs pour la première fois et beaucoup de non-syndiqués sont en grève d'ailleurs. Dans les soins intensifs, 100% du personnel est pourtant vacciné, ils sont donc loin d'être anti-vaccins, mais ils veulent être davantage considérés" Guillaume Forges - Infirmier chef de service - CHR Mons-Hainaut (Groupe Jolimont)

Plus de moyens, plus de considération et des revalorisations salariales, autant de choses que réclament le personnel depuis de nombreux mois et années. La mobilisation n'est donc pas contre le vaccin, mais contre l'obligation vaccinale, ses conséquences et des conditions de travail toujours plus compliquées. 

"Sur l'ensemble de l'hôpital, nous sommes à 90% de vaccinés. Nous n'avons qu'une petite minorité de non-vaccinés mais nous avons absolument besoin de ces bras là. Nous sommes très inquiets pour 2022, nous allons perdre beaucoup de personnes..." Guillaume Forges - Infirmier chef de service - CHR Mons-Hainaut (Groupe Jolimont)

Une première grosse manifestation qui en annonce d'autres. Les soignants sont bien décidés à faire entendre leurs voix après pratiquement 2 ans de crise sanitaire.

AVC-TMB-066064_1.jpg

0 Commentaires
117 vues

Sur le même sujet


Back to top