Aller au contenu principal

MONS - Impulso et la PfPCsm favorisent la réinsertion professionnelle

Publié le 17 mars 2022 à 14:59 - Mis à jour le 17 mars 2022 à 15:00

Inauguration de nouveaux locaux à Mons pour des acteurs importants en matière de santé mentale. D'un côté, le Centre de Rééducation Fonctionnelle Impulso. De l'autre, la PfPCsm : la plate-forme picarde de concertation pour la santé mentale. Ces 2 entités permettent aux personnes qui rencontrent des difficultés en santé mentale de se réinsérer dans le secteur du travail depuis plus de 10 ans. C'est sous les yeux de la Ministre de l'Action sociale Christie Morreale qu'ils ont rappelé leurs objectifs ce mardi. 

Fini les petits locaux du Boulevard Charles Quint, direction l'Avenue de la Joyeuse Entrée à Nimy pour le CRF Impulso et la plateforme picarde de concertation pour la santé mentale. Des locaux 2 fois plus grands pour 2 fois plus d'aide et de conseils pour la réinsertion professionnelle des personnes malades.

"Notre but n'est pas d'adapter les personnes au monde de l'emploi tel qu'il existe" souligne la directrice du CRF Impulso, Anne Deroubaix. "On veut proposer un intervalle, une parenthèse, dans leur vie où l'on peut rebattre les cartes. On peut ainsi repenser à des projets professionnels au sens large et qui ont beaucoup plus de sens pour la personne"

Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202022-03-17%20a%CC%80%2015.14.11.png

Un véritable rôle d'accompagnement des personnes autour de plusieurs ateliers quotidiens avec comme thèmes le relationnel, le lieu de vie ou encore le bien-être. Des ateliers ouverts à toutes les personnes au-dessus de 16 ans et où un diagnostic de trouble psychiatrique a été posé. De nouveaux locaux qui permettront au CRF Impulso de travailler en étroite collaboration avec la plateforme picarde de concertation pour la santé mentale. La PfPCsm qui a pour objectif d'ajuster l'offre de soins aux besoins de la personne.

"Beaucoup de personnes ont problèmes de santé mentale mais aussi d'autres problèmes" précise Raphaël Darquenne, coordinateur de la PfPCsm, la plateforme picarde de concertation pour la santé mentale. "Ils peuvent avoir des problèmes de santé mentale mais aussi des autres problèmes liés à la justice ou au handicap.Pour cette plateforme, nous avons donc créés 4 groupes de travail : justice et santé mentale, handicap et santé mentale, santé mentale et vieillissement ainsi que enfance et adolescence"

 

Capture d’écran 2022-03-17 à 15.14.19.png

 

2 entités qui aident chaque jour des dizaines de personnes à se remettre sur le marché de l'emploi. Une aide précieuse pour ces personnes.

"Je voulais vraiment m'en sortir et trouver ma voie" explique une ancienne résidente qui souhaite garder l'anonymat. "Lorsque j'étais à l'hôpital, on m'a parlé d'Impulso. Je suis rentré au centré en 2016 et j'y suis restée 1 an et demi. J'ai suivi toutes les activités qui m'ont énormément aidées. Depuis j'ai trouvé ma voie et j'en suis très heureuse. Je me suis accrochée et je suis sortie du centre avec un diplôme d'aide-soignante. J'ai tout de suite pu trouver un emploi"

Après 1 an demi de suivi, cette aide-soignante est complètement guéri et malgré l'anonymat, il était important pour elle d'expliquer son histoire. Surtout pour conscientiser la population.

"Je voulais prouver que cela pouvait arriver à tout le monde" poursuit-elle. "Je voulais aussi montrer que l'on pouvait s'en sortir. Car quand on est dans une dépression, on est dans un trou noir et personne ne peut nous aider. On est refusé de toute part. La dépression peut arriver du jour au lendemain. A un moment donné, on craque et on demande de l'aide. Mais souvent, on ne sait pas vers qui se tourner" 

 

Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202022-03-17%20a%CC%80%2015.14.01.png

Une aide pourtant primordiale et offerte par le CRF Impulso et la PfPCSm. 2 structures créées dans le cadre du Projet 107-Région Hainaut où 3 hôpitaux hennuyers sont concernés dont le Centre hospitalier psychiatrique du Chênes aux Haies à Mons.

0 Commentaires
473 vues

Sur le même sujet


Back to top